Dans son essai, Habiter en oiseaux, publié dans la collection Mondes sauvages des éditions Actes Sud, Vinciane Despret questionne la manière dont les oiseaux cohabitent entre eux mais aussi avec leur environnement pour tenter de répondre à la question : « Qu’est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? »
« De quoi vivaient tous ces patriciens pauvres ? La carrière pour eux était d’entrer au service de leur seigneur. […] Ainsi enregistré, le jeune noble faisait partie de la maison du seigneur, il était de ses suivants ; celui qui le nourrissait et le protégeait, en échange de quoi il le servait, lui obéissait, le suivait à la guerre, en mission, ou, dans sa disgrâce, en exil, parfois même jusque dans la mort, se suicidant sur sa tombe. »
Il est couramment admis que la civilisation a vu le jour en Mésopotamie, au IVe millénaire avant notre ère, dans l’actuel territoire de l’Irak. Là, des villages primitifs se sont agrégés pour former une cité, la ville d’Uruk. Cette « haute civilisation urbaine, complexe et originale [...] inventa l’écriture, l’État, la religion1 » et le patriarcat.
Extrait du roman écrit en 2014 et disponible en téléchargement.
« De la roche dite "la Voie siliceuse" sortent chaque nuit des chauves-­souris des cloportes, des hulottes… et quand la lune illumine le ciel en sortent un dogue argentin et sa sorcière....
J'suis l'enfant du maïs au service de l'an 2000...
Comme signalé dans mon précédent billet, j’ai vu défiler ces dernières semaines un certain nombre d’articles d’une part sur le fait que les femmes se trouvent en première « ligne du front » – non pas de la « guerre » décrétée par le couillocrate qui nous gouverne, mais de la préservation de la vie, que ce soit par le soin aux malades ou l’entretien des bien-portant∙e∙s – et d’autre part, des analyses de fond sur les causes structurelles de la débâcle actuelle, en imputant la responsabilité au capitalisme néolibéral. Très peu d’analyses faisant le lien entre ces deux phénomènes.
L'ourse est morte dans la nuit, des guêpes sont sur les chairs et le bourdonnement de la curée est insupportable.